Une erreur est survenue dans ce gadget

dimanche 20 juillet 2014

Michel-Ange, poème

Désormais le cours de ma vie,
traversant la tempête sur un frêle vaisseau,
touche au port où chacun vient pour rendre
compte et raison de son ouvrage, triste ou pieux.

Si bien que la passion, la fantaisie
qui firent de l'art mon idole et mon roi,
je sais combien elles furent chargées d'erreur,
comme l'homme toujours désire contre son bien.

Les pensées amoureuses, belles, joyeuses,
que deviennent-elles si j'approche deux morts,
certain de l'une, et par l'autre menacé ?

Ni peindre ni sculpter n'apaiseront
mon âme, tournée  vers cet amour divin
qui ouvrit, pour nous embrasser, les bras en croix.

(par Michelangelo Buonarroti - Extrait de l'ouvrage de C. Ossola, L'avenir de nos origines. Le copiste et le prophète)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire