Une erreur est survenue dans ce gadget

samedi 17 mai 2014

Biểu tình chống Trung Quốc - Chủ nhật 18/05/2014

PLS : Chúng ta nên hết sức thận trọng và tỉnh táo trong ngày mai và vài ngày tới, về vấn đề biểu tình. Bài báo tiếng Pháp dưới đây nói về vụ bạo động giết người ở Odessa có những điều hết sức đáng lưu ý. Mặc dù những thông tin về vụ thảm sát Odessa đều khó kiểm chứng, nhưng việc chính phủ Kiev bưng bít rất kỹ một vụ bạo động tàn độc và bi thảm như thế cũng đủ nói lên nhiều điều. Chúng ta phải tìm hiểu và suy ngẫm để tìm ra một sợi chỉ nhất quán trong một rừng thông tin. May thay ở thời đại internet này, người ta không thể dùng chiêu bài dân chủ nhân quyền hay bất cứ thứ gì để mà lừa bịp mọi người được nữa.

Một trong những điều đáng lưu ý trong bài này là có thông tin "5000 đô la sẽ được trả cho mỗi mạng người thân Nga bị giết trong cuộc bạo động". (Chúng ta sẽ thấy sự hợp lý trong việc là những kẻ giết người đã rất dai dẳng trong việc truy giết những người ẩn nấp trong tòa nhà, chúng bắn vào họ hoặc đánh chết họ khi họ cố nhảy ra khỏi tòa nhà.)

Bài viết cũng nói rằng, vụ bạo động đã được tính toán từ trước (trích lời ông Tổng chưởng lý đương tạm quyền Oleh Makhnitsky), và những người biểu tình thân Nga đã được dụ vào tòa nhà công đoàn Odessa và những kẻ giết người đã chờ sẵn bên trong để giết họ. Bởi vì bình thường ra, khi biểu tình trở nên bạo lực như vậy, thì người ta sẽ chạy tản ra trong thành phố chứ không chạy dồn vào một nơi. So sánh với vụ bắn người biểu tình và cảnh sát hồi tháng 02/2014, thì chúng ta thấy gần như là cùng một kịch bản. Sau vụ bạo động, còn có thông tin là nhiều người thoát nạn đã bị ám sát để diệt khẩu (và chúng ta cũng thấy rằng, mặc dù tất cả mọi người đều rất quan tâm nhưng không thấy có nhiều nhân chứng phát biểu về vụ này).

Vậy thì tôi có lý do để lo lắng cho cuộc biểu tình lớn vào ngày mai. Sẽ có những kẻ nhân lúc biểu tình đông đúc để gây kích động phá hoại và hoàn toàn có thể là giết người. Liệu chúng ta có thể cấm đi biểu tình bằng xe gắn máy, mà chỉ cho phép đi bộ thôi ? (Như vậy bọn chủ mưu sẽ không thể di chuyển nhanh được). Và chúng ta khuyến khích bà con là nên đi biểu tình làm nhiều đợt, nhiều ngày, thay vì tập trung vào một ngày vì như vậy sẽ gây khó cho cảnh sát khi họ cần can thiệp.



 http://www.baomoi.com/Clip-vach-mat-ke-xa-sung-ngan-nguoi-chay-loan-o-Odessa/119/13726603.epi


Hellebora hier a posté un lien très intéressant (je dirais même “hyper intéressant”) :
Elle l’a trouvé sur le site GlobalResearch, mais c’est le site l’Orient qui l’a publié en 1er, en le traduisant du russe :
link to orientalreview.org
J’en ai fait la traduction suivante :
Bain de sang à Odessa guidé par les dirigeants intérimaires de l’Ukraine (mise à jour 15 mai)
Les informations fournies ci-dessous ont été obtenues à partir d’un initié dans l’un des organismes de renforcement de l’ordre de l’Ukraine, qui a souhaité rester anonyme pour des raisons évidentes. Il est clair qu’il y a des gens au sein même de l’administration intérimaire à Kiev qui sont contre ce qui s’est passé à Odessa le 2 mai et dans tout le pays .
Intrigant
Après la perte de la Crimée et le soulèvement populaire à Mariupol, Odessa est maintenant la seule passerelle de l’Ukraine à la mer, ce qui en fait la ville la plus importante du pays après Kiev.
Dix jours avant la tragédie, une réunion secrète a eu lieu à Kiev, présidée par le président sortant Olexander Tourtchinov, pour préparer une opération spéciale à Odessa. Y étaient présents le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov , le chef du Service de sécurité ukrainien Valentin Nalivaychenko , et le secrétaire de la sécurité nationale et du Conseil de la Défense Andriy Parubiy . L’oligarque ukrainien Ihor Kolomoiskiy, nommé par Kiev chef de l’administration régionale de la région de Dniepropetrovsk, a été consulté en ce qui concerne l’opération.
Au cours de cette réunion, Arsen Avakov aurait eu l’idée d’utiliser des hooligans, appelés «ultras», pour l’opération. Depuis tout le temps qu’il est à la tête de l’administration régionale de Kharkov, il a travaillé en étroite collaboration avec les dirigeants des groupes d’ultras, qu’il a continués à parrainer même de sa nouvelle maison en Italie .
Kolomoisky a “prêté” temporairement son groupe privé “Dniepr-1″, bataillon mis sous le commandement des représentants de la loi à Odessa, et a également autorisé un paiement en espèces de 5000 $ pour “chaque séparatiste pro-russe” tué lors de l’opération spéciale.
Une paire de jours avant l’opération à Odessa, Andriy Parubiy a donné des dizaines de gilets pare-balles pour les ultra-nationalistes locaux. Cette vidéo montre un épisode de la remise des gilets pour les militants de Maidan locaux à Odessa. Prenez note de la personne qui les reçoit. C’est Mykola Volkov , un délinquant récidiviste local, qui sera filmé à plusieurs reprises lors de l’assaut sur la maison des Syndicats tirer sur les gens au pistolet et faisant ses rapports sur «l’incident» par téléphone à un fonctionnaire de Kiev.
Préparations
Des militants ultranationalistes de l’extrémiste Assemblée nationale ukrainienne (UNA-UNSO) , qui pouvaient être reconnus par leurs brassards rouges, ont également été utilisés lors de l’opération. Il leur a été assigné un rôle clé dans la mise en scène des provocations: passer pour des défenseurs du village de tentes sur Koulikovo champ, puis en attirer ses occupants dans la Maison des syndicats pour qu’ils puissent y être abattus.
Quinze barrages routiers ont été mis en place en dehors d’Odessa, fixés par des militants sous le commandement personnel de “Dniepr-1″ Bataillon de Kolomoisky, ainsi que les voyous du Secteur Droit de Dnepropetrovsk et des régions occidentales de l’Ukraine. En outre, deux unités militaires de l’auto-défense de Maidan arrivées à Odessa, sous le commandement du chef de l’administration du président, Sergey Pashinsky – le même homme qui a été pris avec un fusil de sniper dans le coffre de sa voiture le 18 février sur Place de l’Indépendance (Maidan) à Kiev. Pashinsky affirmera plus tard qu’il n’avait pas été pleinement informé sur les plans de l’opération et n’avait envoyé ses hommes que pour “protéger les gens d’Odessa.” Ainsi, il y avait un total d’environ 1 400 combattants provenant d’autres régions de l’Ukraine impliqués dans les événements, infirmant donc l’idée que ce seraient des “résidents d’Odessa” qui ont brûlé la Maison des syndicats.
Le rôle des forces de police d’Odessa dans l’opération a été dirigé personnellement par le chef de la police régionale, Petr Lutsyuk, et son adjoint Dmitry Fucheji. Lutsyuk s’est vu confier la tâche de neutraliser le gouverneur de la région d’Odessa, Vladimir Némirovsky, pour l’empêcher de mettre sur pied une stratégie indépendante qui pourrait perturber le fonctionnement. Fucheji conduisit les militants extrèmistes à la place grecque où il aurait été “blessé” (afin d’échapper à la responsabilité pour des faits postérieurs).
L’opération était initialement prévue pour le 2 mai – le jour d’un match de football, ce qui justifierait la présence d’un grand nombre de fans de sport («ultras») du centre-ville et signifierait également qu’il y aurait un nombre minimal de résidents d’Odessa dans les rues qui ne seraient pas impliqués dans l’opération, puisque la majorité de la population de la ville serait hors de la ville, profitant de leurs vacances du premier mai.
Opération
Le train de Kharkov est arrivé à Odessa le 2 mai à 8h00, amenant des supporters du club de football Metallist, y compris certains «ultras» qui prenaient part à l’opération. En outre, les militants du bataillon “Dniepr-1″ et du secteur Droit entrèrent simultanément en ville par petits groupes. Une partie des militants d’auto-défense Maidan arrivèrent aussi de Kiev, la plupart d’entre eux en voiture. Ce jour-là, la police d’Odessa avait reçu des ordres stricts de ne pas arrêter les voitures avec des plaques d’immatriculation de Kiev, Dnipropetrovsk, et Lvov.
Dans l’après-midi, certains des combattants dirigés vers Sobornaya Square, où ceux qui participent à la “Marche pour une Ukraine unie» ont reçu consigne de les accueillir. Leur tâche était d’organiser la foule et de l’amener aux barricades sur la place grecque. Un groupe “d’opérations spéciales” orné de rubans de St. George enfilant leur cagoule, descendit Alexandrovski Avenue. Ce sont les “activistes pro-russes” vu dans de nombreuses photos et vidéos. Les provocateurs portaient des brassards rouges sur leurs manches afin de se distinguer des vrais, des militants basés Odessa. De même, la police, qui avait des informations d’initiés sur les détails de l’opération, arboraient aussi des brassards rouges. Malheureusement, certains des vrais militants, qui n’étaient pas au courant de cette information, a suivi les exhortations des provocateurs, et se précipita pour “stopper les fascistes ».
De nombreux témoins ont enregistré ce qui s’est passé ensuite . Avec le soutien de la police, les soi-disant “provocateurs pro-russes”, alignés près du centre commercial “Afina” à l’intersection de la rue grecque.et de la ligne Joukov, où des provocateurs parmi les fans de football, y compris ceux qui représentent le secteur droit et l’UNA-UNSO, les ont attaqués (ce qui a été confirmé même par les observateurs pro-Maidan). Des armes à feu ont été utilisés par les deux parties et il y a eu des deux côtés des décès.
La tâche de distraire les fans de football “honnêtes” du match, et de diriger la foule vers l’esplanade Koulikovo avait été pleinement accomplie. Les provocateurs qui avaient excité la foule, se retirèrent alors dans le centre commercial “Afina”, où ils ont ensuite été emmenés par la police. Ils avaient subi des blessures, mais aucun décès.
Alors que les affrontements étaient en cours sur la place grecque, un groupe de voyous du secteur droit ont été prépare la partie principale de l’opération, nom de code «Ha’ola” – de l’expression ” mizbeach Ha’ola” qui, en hébreu, signifie« l’autel de l’holocauste “. Ils se glissèrent à l’intérieur de la Maison des syndicats par la porte arrière et prirent position dans le sous-sol et le grenier. Ce groupe ne contenait que des combattants éprouvés qui étaient des tueurs expérimentés.
Alors que la foule se déplaçait du square grec au centre de la ville vers l’esplanade de Koulikovo, certains des provocateurs ont pris des voitures et ont filé, en avance sur la plupart de la foule, pour se précipiter dans le camp de tentes et inciter à la panique en criant : “le Secteur droit est en train d’arriver ! “et “Ils viennent pour vous tuer! “,et ainsi de suite… Dirigés par les provocateurs, de nombreux militants sont alors entrés dans la maison des syndicats au lieu de se disperser dans toute la ville. Certains d’entre eux sont descendus au sous-sol, duquel aucun ne ressortira vivant. Là, ils ont été torturés, tués, massacrés, dont avec des machettes. D’autres se dirigèrent dans les étages. De l’essence a été mélangée avec du napalm, pour former un mortel et âcre monoxyde de carbone. La recette de ces cocktails mortels a été créé par des chimistes de Place de l’Indépendance, mais ils n’ont pas été utilisés là-bas. A Odessa, le mélange a été utilisé pour la première fois et ce n’est pas un hasard : le massacre d’un grand nombre de décès était nécessaire afin de terroriser l’ensemble du pays.
La «bataille» pour la Maison des syndicats a duré plusieurs heures – au cours de laquelle certains des militants firent semblant de monter une résistance en jetant des cocktails Molotov sur le toit, tandis que d’autres ont méthodiquement massacré, étranglé, et incinéré leurs victimes. Afin de s’assurer que le feu ne puisse être éteint, l’eau a été complètement coupée dans le bâtiment.
Quand “Ha’ola” fut terminée, les assassins du Secteur Droit se sont enfuis du bâtiment par les côtés et la sortie arrière, puis ont quitté la ville. La police est alors entrée dans le bâtiment. Le nombre, qui est devenu le bilan officiel – 46 – , ne comprenait que les morts dans les étages supérieurs du bâtiment. La majorité des victimes, qui se trouvaient dans le sous-sol, n’ont pas été prises en compte. Le nombre exact de morts ne sera probablement jamais connu, mais la plupart des sources affirment qu’entre 120 et 130 personnes ont été tuées.
La vérité ne peut être cachée
La junte a privatisé la police et le service de sécurité, mais a oublié le bureau du procureur. Et maintenant, le procureur général par intérim, Oleh Makhnitsky a déclaré:
“Cette action [à Odessa] n’était pas préparée à un niveau interne, il s’agissait d’une action bien planifiée et coordonnée dans laquelle les représentants de certaines autorités ont pris part.”
Il est peu probable qu’il sera autorisé à nommer ceux qui sont vraiment responsables de la tragédie. Mais la junte à Kiev ne sera pas en mesure de cacher complètement la vérité sur ce qui s’est passé à Odessa. Cette tragédie doit être soigneusement étudiée et les coupables devraient être portées à la connaissance du monde pour ces crimes commis contre l’humanité.
Nuremberg-2 attend Tourtchinov & Co.

Source :  http://www.les-crises.fr/images-choc-d-odessa/ (Commentaire par
hervé06 Le 16 mai 2014 à 11h08)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire