Une erreur est survenue dans ce gadget

jeudi 8 mai 2014

Mme Merkel, on met des espoirs sur vous !

PLS : Analyses très fines. Quels sont les intérêts de l'Europe, ou bien quelles sont ses pressions, au point qu'elle se comporte de cette manière si insensée ?


Ukraine déni d'un massacre et enjeux réels


La manière dont les principaux médias et les gouvernements occidentaux ont réagi au massacre d’Odessa illustre le niveau de désinformation où nous sommes arrivés sur  une crise qui risque de plus en plus de tourner à la guerre civile. Il est donc nécessaire de revenir sur les faits ,sur leur travestissement médiatique , et sur les enjeux réels de la crise.
I Odessa un massacre et la manière dont on l’escamote
1)Odessa: le massacre 
Ø     les victimes sont des « pro russes »  (terme dévoyé la majorité de ceux que l’on qualifie ainsi étant partisans d’une solution fédérale, pas du rattachement à la Russie), et à voir les listes des victimes des habitants d’Odessa. Les images (en large partie tournés par les assaillants)  à découvert face au bâtiment en feu , indiquent  que les assiégés étaient désarmés ou à peu près.
Ø     les affrontements en ville (sur lesquels c’est très trouble) n’ont pas eu lieu au même endroit ni au même moment , c’est ce que disent les gens de Maidan, pas Poutine : ce n’est en rien une réaction ou un débordement suite à ces affrontements et les gens attaqués n’avaient rien à voir avec ce qui a précédé et  tenaient des tentes depuis mars et se sont réfugiés dans le bâtiment cf communiqué de la CGT http://www.humanite.fr/lhorreur-sinvite-de-nouveau-en-ukraine-525172
Ø     les assassins sont clairement identifiés : le groupe nazi secteur droit qui a  mené le siège et balancé les cocktails Molotov , achevé les blessés ,bloqué les pompiers , tout cela sous l’œil placide des flics
Ø     et ces gens là exultent sur leurs exploits sur les réseaux sociaux voici ce que dit la député Svoboda Irina Farion, Bravo Odessa. Perle de l’esprit ukrainien. Que le diable les brûle en enfer. Les meilleurs insurgés sont les fans de football. Bravo.”
 Confrontés à cet événement, les médias dominants ont tout fait pour le brouiller, tant sur les victimes que sur les responsables, en négligeant très largement les éléments factuels.
Ainsi la dépêche Afp reprise par la quasi-totalité de la presse et qui n’était qu’un copier coller de la version de Kiev . Objectif : évacuer la portée du crime, la responsabilité des nazis et de Kiev ….et passer au plus vite à autre chose.
cf http://blogs.mediapart.fr/blog/pilhaouer/030514/propagande
ou encore http://www.les-crises.fr/actu-ukraine-05-05-2014/
 2)Pour sauver le schéma dominant, dissoudre la réalité
Ø     Aujourd’hui , les fascistes apparaissent pour ce qu’ils sont , prêts à mettre au pas par la terreur tous ceux qui s’opposent à eux et ayant sous leur dépendance  le pouvoir de Kiev , du fait de leur monopole  dans le domaine de la sécurité . cf massacre d’Odessa , et combats dans l’est (cf garde nationale fasciste et rôle de Paruby)
Ø     Les faits démentent ainsi  cruellement la  théorie d’une révolution démocratique, contre les oligarques( qui trustent aujourd’hui  les positions de pouvoir) et où la présence déplaisante des fascistes ne serait qu’accessoire (Fabius : »Svoboda n’est pas un parti d’extrême droite ! »)
Ø     Que cet espoir ait porté la grande majorité des gens à Maidan pour la liberté , contre la corruption et la pauvreté c’est certain. Comme il est certain qu’à l’arrivée, cette aspiration a été confisquée par une coalition de politiciens corrompus, d’oligarques, et de fascistes.
Ainsi seulement, peut s’expliquer la présentation déformée et minorée d’Odessa dans les médias . Qu’on s’imagine ce qu’aurait été la couverture de presse et les titres si cela avait été l’inverse, si les « prorusses » avaient « rôti » 40 pro-kiev ?
II retour sur les forces en présence et leurs objectifs
1) à  l’est  un mouvement populaire « fédéraliste »
Ø       il y a bien à l’est et au sud  un mouvement populaire de contestation du pouvoir de Kiev lié à l’inquiétude sur les libertés avec l’association au pouvoir des fascistes,  sur les mesures « sociales » du Fmi  et sur le devenir de l’économie de l’est, du fait de son étroite synergie avec la Russie. Tout cela sur fond de défiance massive envers le pouvoir de Kiev qui amène beaucoup de gens à exiger des garanties sur ces divers points.
Ø      très majoritairement , ce mouvement demande une solution fédérale qui permette aux populations de garantir  par leurs décisions leur avenir , et pas le rattachement à la Russie. De ce fait, les termes de « pro russes » , de « séparatistes » constamment utilisés ne correspondent pas à la réalité des rapports de force : les séparatistes existent mais ils semblent largement minoritaires
Ø     certes il y a aussi (comme à Maidan) des contradictions , des inégalités dans ce mouvement, des manipulations et les services russes ne sont pas absents ; mais il convient de distinguer l’essentiel (ce mouvement populaire et son objectif)) et l’accessoire
Ø     la satisfaction des revendications de ces régions couperait cours d’ailleurs à toute tentation « séparatiste »
 2)le pouvoir Ukrainien : le  recours à la force
Ø     Kiev envoie l’armée à l’est pour réprimer à coups de canon (ce que Ianoukovitch n’avait pas fait ou pas pu faire) et les mêmes  occidentaux qui avaient prêché la retenue à  Ianoukovitch pour  Maidan encouragent le pouvoir de Kiev à régler le problème par la force militaire, ce qui conduit tout droit à la radicalisation ,à la guerre civile.
Ø     comme quoi la recherche de l’affrontement n’est pas forcément du côté que l’on nous dit et que le pouvoir de Kiev se voit dicter le choix de la force par les pressions et menaces ouvertes des néo nazis en son sein. La présence confirmée de plusieurs dizaines de conseillers de la Cia à Kiev indique d’ailleurs que ce choix n’est pas le fait du seul pouvoir de Kiev.
Ø     Ici, la racine du problème n’est pas Poutine mais le pouvoir ukrainien, incapable de négocier et de rassurer :ce n’est pas Poutine qui a maintenu au pouvoir les oligarques, cible principale de Maidan ,  ce n’est pas Poutine qui réduit les retraites de 50 % (mais le Fmi) ,  ce n’est pas Poutine qui confie « la sécurité »  aux groupes nazis et s’il y a des chars dans l’est , ce sont ceux de Kiev, pas de Poutine.
3) une  lecture globale borgne :les objectifs occidentaux en Ukraine camouflés?
Pour les gouvernements occidentaux et pour les médias qui servent leur soupe tout se ramène en effet à Poutine, qui serait la cause de tout et sur qui seul reposerait  la responsabilité du retour au calme et les gouvernements occidentaux seraient des anges en rien responsables de ce gâchis.
Comme Nelson à Copenhague mettant sa lunette sur son œil aveugle pour ne pas voir l’ordre de repli donné par son supérieur , la vision dominante sur l’Ukraine est borgne : un œil valide pour fixer Poutine , et un œil aveugle pour examiner la politique réelle des occidentaux .Il est temps de mettre fin à cette dissymétrie.
que cherchent les Usa et l’Ue en Ukraine ?
Ø     l’impérialisme Usa Ue  domine encore le monde mais  pour nos médias, c’est  anecdotique . Le gaz de schiste en Ukraine, le charbon du Donbass, broutilles. Une zone massive à bas salaires (avec un salaire moyen plus faible qu’en Chine : le moyen de rendre encore plus raisonnables les travailleurs d’Europe !) , broutille. L’extension de l’Otan vers l’est ( l’Ukraine dans l’Otan avec des missiles nucléaires à quelques centaines de kms de Moscou ?) : broutille. Les réformes du Fmi : broutille.
Ø     le projet USA UE c’est la mise en coupe réglée de l’Ukraine et de ses ressources, naturelles et humaines et le moyen pour affaiblir la Russie , l’empêcher d’entraver la domination unipolaire des Usa.
4) et pour Poutine , que lui reproche t on vraiment ?
Ø     Poutine s’est réinscrit dans la tradition soviétique de refus de toute  domination étrangère , essentiellement aujourd’hui américaine et refuse un monde unipolaire aux ordres des seuls Usa. Il a rompu avec l’intermède Eltsine , qui n’était qu’un paillasson imbibé à la dévotion des Usa .
Ø      Cette aspiration à une politique indépendante est en soi légitime , et il est clair que c’est cela qu’on lui reproche , alors que d’autres aussi dans le monde devraient faire effort pour ne plus être les larbins des Usa , comme le lamentable  Hollande , essayant  d’intercepter en plein vol le président Morales pour mettre la main (croyait il ) sur Snowden. Et c’est cela qui fait que Poutine a une popularité forte en Russie .
Ø     cela n’empêche en rien que la Russie (là aussi dans la reprise du passé soviétique) , puisse avoir des comportements impérialistes envers les pays de son espace régional., mais avec beaucoup moins de moyens que l’impérialisme dominant , celui des Usa.
Ø     Poutine est en même temps à l’intérieur à la tête d’un régime autoritaire et le fondé de pouvoir d’une faction d’oligarques . Autour de lui et du thème de l’eurasisme , sont réactivés de vieux thèmes du nationalisme russe . Tout cela ne va pas  dans le sens du progrès humain et ne fait  pas pour le moins de Poutine un personnage sympathique. Mais est ce de cela qu’il s’agit ?
 Si les éléments peu reluisants de sa politique intérieure sont relevés à titre d’arguments à charge , j’ai la certitude qu’au fond cela n’est que propagande et importe bien peu à des  dirigeants occidentaux qui s’accommodent très bien  des tyrans dans ce monde , à commencer par les monarchies du Golfe.
Que la Russie (comme hier l’URSS) entrave la domination américaine sur le monde , refuse aux compagnies américaines la main mise sur ses ressources naturelles, cela c’est inacceptable pour les Usa et leurs vassaux.
 La lucidité sur la réalité des enjeux ne signifie en rien une allégeance à Poutine : les amalgames  à ce sujet de la doxa otanesque sont de la pure propagande .le refus de faire de Poutine le bouc émissaire de tout en évacuant ainsi le rôle du gouvernement de Kiev et de ses soutiens nazis, le jeu des Usa et de l’Ue ne signifie en rien l’adhésion au personnage et son régime.
III) une sortie de crise ?
 les thématiques de toute la presse, de Fabius and co où on demande tout à Poutine et rien au gouvernement de Kiev et à ses sponsors occidentaux sont totalement décalées par rapport à la réalité , elles mènent à la radicalisation et à la guerre civile
Ø     Sortir de la crise implique que le gouvernement de Kiev  prennent des mesures  d’urgence pour éviter l’affrontement et la partition.
Ø     à savoir  mettre les nazis au pas,  donner des garanties sur leur sécurité et sur l’avenir économique aux populations du sud et de l’est qui sont très inquiètes et à bon droit , ce qui passe par une fédération , solution  certes imparfaite mais qui peut écarter la guerre civile.
Ø     C’est possible si les Usa , l’Europe , le Fmi l’exigent , si des garanties sont données sur la non adhésion à l’Otan.
Ø     Alors , il n’ y aura plus de tentation  majeure à l’est pour la partition (alors qu’au contraire , si tout reste bloqué cela risque d’être la seule issue), pas de base pour une intervention russe.
 C’est certes largement insuffisant, cela ne règle pas la question de l’avenir de l’Ukraine mais cela évite le pire et tient compte de la très forte hétérogénéité de l’Ukraine, niée trop longtemps et peut permettre aux ukrainiens , dans un climat apaisé de décider librement de leur avenir.
On peut se demander si les occidentaux , et en particulier les Usa cherchent véritablement une issue pacifique ou si la lecture unilatérale du conflit, la latitude laissée aux extrémistes de Kiev ne trahissent pas une tentation , celle de pousser les russes à la faute , par une intervention militaire dans l’est , véritable piège (comme l’Afghanistan pour l’Urss) qui relancerait durablement la guerre froide, mais la dernière déclaration de Poutine tend à montrer qu’il n’est prêt à tomber dans le panneau.

Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/jjduch/080514/ukraine-deni-dun-massacre-et-enjeux-reels

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire